149 512 visites 1 visiteur

Petit focus sur Mamad BAH l'entraineur des gardiens de l'U.S.R ...et bien plus.

23 janvier 2017 - 11:36

*Avec le concours de Vosges Matin Sports & FV. Photos: Eric Thiebaut.

L’entraîneur des gardiens de but de l’US Raon-l’Etape fait partie du staff tricolore à la Coupe du monde militaire Football : entraîneur des gardiens de but de Raon-l’Etape, Mamadou Bah est également celui de l’équipe de France militaire

Diplômé du Certificat des entraîneurs de gardiens de but, le Raonnais Mamadou Bah est également un des maillons de la chaîne technique de l’équipe de France militaire masculine. Ce qui lui vaut d’être actuellement à Oman, où se dispute le Mondial jusqu’au 28 janvier. Plongée au cœur de cette parenthèse au soleil du Sultanat.

Après une première expérience mondiale auprès des militaires en jupon, Mamadou Bah a remis le couvert, avec les hommes cette fois.  Archive Eric THIEBAUT

Photo: Eric THIEBAUT  

Après une première expérience mondiale auprès des militaires en jupon, Mamadou Bah a remis le couvert, avec les hommes cette fois.

    Après une première expérience mondiale auprès des militaires en jupon, Mamadou Bah a remis le couvert, avec les hommes cette fois.  Archive Eric THIEBAUTMamadou Bah, la Coupe du monde féminine en mains .  

Photos: Eric THIEBAUT

 

Le grand écart est double. Il a d’abord troqué la parka, que l’on porte habituellement en hiver dans les Vosges, pour un simple polo, recommandé pour les températures qui règnent actuellement au Moyen-Orient. Mamadou Bah a, aussi, laissé derrière lui l’US Raon-l’Étape et le CFA pour endosser la tunique militaire et le survêtement floqué du coq qui lui sont dévolus en raison d’un statut de brigadier-chef de réserve et d’entraîneur des gardiens de l’équipe de France de la Défense. Le Raonnais s’était ainsi engagé un jour de 1997, version Armée de Terre. Un parcours - du combattant - qui a duré jusqu’à l’an 2000. Il avait tissé des liens, qui le mènent aujourd’hui au Sultanat d’Oman, où se tient la Coupe du monde (16 nations sont présentes), même si son incorporation au sein des sélections tricolores (les filles avant les garçons) n’a pas été favorisée par le piston. « En fait, explique le quadragénaire, ma venue dans les différentes sélections s’est faite par hasard. Un jour, quand j’étais à Nancy (en charge des féminines), j’ai croisé le DTN (Directeur technique national) à Compiègne et nous avons discuté. Il cherchait des éducateurs diplômés pour encadrer. Comme j’ai le CEBG (Certificat des entraîneurs de gardiens de but), j’ai intégré le staff. »

Matchs télévisés en direct et danses traditionnelles

Les rassemblements ont succédé aux matchs de préparation et aux compétitions. La dernière d’entre elles, c’est donc cette Coupe du monde militaire masculine. « Un événement, s’emporte Mamadou Bah à l’autre bout du téléphone. Les matchs sont en direct à la télévision et chaque soir, il y a un débrief dans une émission qui ressemble au Canal Football Club. Dans les rues, on peut voir des annonces des rencontres. »

Le faste des pays du Golfe persique ne se dément pas quand il s’agit d’organiser une compétition, qu’elle qu’en soit la portée. « La cérémonie d’ouverture (dimanche) était magnifique, souligne le Raonnais. Elle s’est déroulée en présence du Sultan, qui est le chef de l’Etat. On a pu assister à un spectacle avec des danses traditionnelles. Pour notre premier match, face au Bahreïn (0-1), mille personnes étaient dans le stade mais un autre match, avec Oman, a été suivi par six mille spectateurs. »

Mamadou Bah n’aura pas le temps de flâner dans les rues de la capitale, Muscat. Car sa fonction de préparateur des gardiens s’étend également dans l’analyse vidéo. « Cela fait deux mois et demi que nous préparons la Coupe du monde au Centre National de la Défense, à Fontainebleau, une sorte de Clairefontaine des militaires », indique le gradé, qui a un rôle de décideur en ce qui concerne les portiers. « Mais mon choix est validé par le sélectionneur », tempère-t-il. Un certain Sylvain Matrisciano, ex-gardien de but, lui aussi, à Besançon ou Nancy. « Il a été mon formateur à Clairefontaine quand j’ai passé mes diplômes », glisse Mamadou Bah, qui collabore également avec Fabrice Abriel, ancien professionnel (Paris, Nice ou Marseille), l’adjoint de Matrisciano. « C’est super enrichissant », conclut le Raonnais, avant d’aller peaufiner les derniers détails pour le deuxième rendez-vous des Bleus, ce mercredi, contre la Guinée (2-2). Le troisième match de poule, face à Oman, sera donc décisif pour que cette aventure au pays de l’or noir se transforme, peut-être, en un métal clinquant.

Avant de basculer avec les garçons, Mamadou Bah a été membre du staff technique de l’équipe de France féminine militaire. En juin dernier, le responsable des gardiens de but au centre de formation de l’AS Nancy-Lorraine entre juillet 2015 à juin 2016 a pris part au triomphe des Tricolores emmenées par Elisabeth Loisel, sacrées championnes du monde sur leurs terres (en Bretagne), après avoir notamment dominé (2-1) le Brésil en finale.

F.V.

4 Le nombre de sélections que compte Mamadou Bah avec l’équipe de France qu’il avait intégrée en 2000.

Commentaires

LE PARTENAIRE DE LA SEMAINE

MERCATO - SAISON 2017-2018

Mis à jour le 18/06/2017

 

FIL D'ACTU ...

18/06 : Transfert - Victorien ADEBAYOR (NIGER) s'engage avec l'U.S.RAON. Voir

16/06 : Transfert - Mamadou BAH s'engage avec le RACING F.C.LUXEMBOURG. Voir

15/06 : L'U.S.RAON est en deuil - Michel HOUOT nous a quittés. Voir

14/06 : Transfert - Hugo ERLINGER (SAS ÉPINAL) s'engage avec l'U.S.RAON. Voir

14/06 : Transfert - Yacine NAÏT EL MAATI s'engage avec le F.C.SARTROUVILLE (District).

08/06 : Transfert - Alassane MOHAMED SOUMAILA (NOISY-LE-SEC) s'engage avec l'U.S.RAON. Voir

 

Plus d'infos ...