196 748 visites 6 visiteurs

TOURNOI VIVRE ENSEMBLE, JOUER ENSEMBLE - UN MOMENT GRAND D'ÉMOTION !

26 mai 2017 - 06:51

Ce jeudi, de 9 h à 18 h 30, un tournoi de football féminin organisé par l’association déodatienne l’Apist a permis de réunir joueuses et personnes atteintes de trisomie 21 autour du thème « vivre ensemble, jouer ensemble. »

 

Sous le soleil, les larmes. Comme cela avait été le cas lors de la première édition, ce nouvel opus du tournoi féminin mis sur pied par l’US Raon-l’Étape a connu son lot d’émotions. On en veut pour preuve cette demande en mariage en direct de Kévin, atteint de trisomie, à l’endroit de sa compagne, Agnès. Séquence singulière dans cette journée organisée au profit de l’APIST (Association pour l’intégration sociale des trisomiques et handicaps associés). Une manifestation qui allie compétition et humanité. Une manifestation parrainée par Kalidou Koulibaly, retenu avec son club de Naples et représenté par son frère Seidou, lequel avait amené trois maillots du Déodatien à faire gagner, qui s’est soldée par un succès du FC Metz. Vainqueur en finale de l’AS Nancy-Lorraine (2-0), l’AS Saint-Nabord complétant le podium.

Une logique hiérarchique que n’ont pu mettre à mal les sept autres formations engagées. Dont une ‘’Vivre ensemble, jouer ensemble’’ a été composée au débotté par des bénévoles, des joueuses et des personnes trisomiques, après le renoncement de dernière minute d’une équipe parisienne. Un accroc qui a tout juste abîmé ce tapis fait de convivialité et d’entraide, deux des mamelles qui ont rythmé la journée. « On déplore trois blessées, une joueuse de Sainte-Marguerite et deux de Nancy », soulignait Delphine Rondeau, à l’initiative de ce tournoi féminin.

Sous les yeux de membres du District, de la Ligue, de représentants de l’APIST et des coachs raonnais, Halil Toraman et Johny Grandblaise, mais aussi des joueurs Abdoulaye Ba et Hassan Benkajjane, ces demoiselles ont donné une image positive de la discipline. « Franchement, les matchs ont été d’un niveau intéressant », dixit Delphine Rondeau.

Le classement : 1. FC Metz ; 2. AS Nancy-Lorraine ; 3. Saint-Nabord ; 4. Raon-l’Étape ; 5. Baccarat ; 6. Eloyes ; 7. Terville ; 8. Sainte-Marguerite ; 9. Neufchâteau/Liffol ; 10. ‘’Vivre ensemble, jouer ensemble’’.

Article de Vosges Matin du vendredi 26 mai 2017 (F.V.)

 

Ce jeudi lors du tournoi de football féminin organisé à Raon-l’Étape en partenariat avec l’Apist de Saint-Dié (Association pour l’intégration sociale des personnes qui ont une trisomie 21 ou un handicap similaire), neufs jeunes atteints de trisomie 21 se sont mêlés aux joueuses.

À l’origine de l’événement, Delphine Rondeau, membre de l’association et maman d’une jeune fille ayant une trisomie 21. « C’est notre deuxième édition. Ça s’est fait naturellement, je suis responsable de la section féminine de l’US Raon, le club voulait participer au Téléthon mais il n’y a rien dedans pour la trisomie, j’avais envie qu’on en parle, que les parents puissent échanger sur leurs difficultés, leurs victoires, c’est pour cela que j’ai organisé ce tournoi qui permet également de promouvoir le football féminin… », explique la jeune femme qui a revêtu un t-shirt sur lequel figure le thème de la journée « vivre ensemble, jouer ensemble. »

« Le rôle d’une association sportive est de rassembler un maximum de monde, on essaye de faire de la cohésion dans tous les domaines », complète Halil Toraman, responsable sportif de l’US Raon.

Sur le stade, neuf équipes pour 160 joueuses s’affrontent tour à tour, chacune parrainée par un jeune ayant une trisomie. Soit 9 au total, âgés de 2 à 32 ans, qui accompagnent les joueuses sur le terrain et donnent le coup d’envoi.

Un trophée coup de cœur

« Les plus grands peuvent jouer avec elles. C’est l’occasion d’échanger, partager, sensibiliser les personnes autour de la trisomie 21 qui est une des anomalies génétiques les plus courantes en France avec 60 000 personnes concernées », détaille Delphine Rondeau.

Chaque équipe reçoit un questionnaire de l’Apist. Selon les réponses, l’association désigne un vainqueur qui reçoit un trophée coup de cœur. « Ça permet d’inviter les joueuses à venir à la rencontre de l’association. » Une tombola dont les bénéfices sont reversés à l’Apist est également de mise.

Sur le banc de touche, Agnès, 25 ans, assiste au match aux premières loges. « J’ai un peu joué, le football, c’est sportif, il faut courir mais je me fais des copines. » Elle est rejointe par Laura, 25 ans, qui, au côté de l’équipe qu’elle parraine, vient de serrer la main des joueuses de l’équipe adverse avant le début du match. « Mon équipe c’est Éloyes, je l’adore, elles sont fortes », sourit la jeune femme.

Agnès, elle, ne fait pas de différence : « Je parraine l’équipe de Raon mais je joue avec les autres aussi. » À côté de nos deux supporters, Anne-Claire, 22 ans, aime donner des consignes : « Pour l’instant mon équipe ça allait, mais j’ai quelques réflexions à faire quand même, j’en ai vu une bayer aux corneilles », note notre coach à qui rien n’échappe…

Marion RIEGERT

Article de Vosges Matin du vendredi 26 mai 2017

 

 

 

 

Commentaires

LE PARTENAIRE DE LA SEMAINE

LIVE MATCH