1 679 652 visites 13 visiteurs

MICHAEL GRAND : L'INTERVIEW

9 octobre 2019 - 08:04

Michaël Grand : « On essaye de ne rien laisser au hasard »

Depuis la reprise, l’US Raon-l’Etape réalise un début de saison parfait, avec une 1
ère place en
championnat mais également une qualification en coupe de France. Artisan de cette
réussite, Michaël Grand s’est livré pour le site officiel.


Votre équipe vient de s’imposer dans la douleur contre le FC Métropole Troyenne. Quels sont les
enseignements à tirer de cette rencontre ?

Michaël Grand : D’un ordre mental, on a vu qu’on avait une équipe capable de résister à la pression
face à une équipe qui vendait chèrement sa peau. Ça prouve qu’il y a de vraies valeurs collectives dans
ce groupe, ce qui est bénéfique pour un entraîneur parce qu’on se dit qu’on peut voyager et aller au
combat.
Concernant le FC Métropole Troyenne, il n’y avait que le classement qui donnait cette équipe dernière.
J’avais mis ça en avant dans ma causerie, j’avais prévenu les garçons que ça allait être l’un des matchs
les plus compliqués de la 1ère partie de saison et ils ont été attentifs aux consignes ainsi qu’au plan de
jeu. Donc là aussi, il y a des bénéfices à tirer.

La semaine passée, Jovany Amadeu nous parlait de l’excellente ambiance qui régnait au sein du
groupe comme gage de réussite. Comment expliquez-vous, de votre côté, ce début parfait ?

M.G. : Il y a forcément le fait que les garçons s’entendent bien. L’an dernier, les ¾ de l’effectif ont
changé, mais ce n’est plus le cas cette année, puisque certains ont vécu une année ensemble. La
deuxième des choses, c’est que les garçons qui sont restés ont vécu une année que je considère comme
traumatisante. Quand tu galères, tu n’as pas envie de revivre ces difficultés.
Puis il y aussi un staff au sein duquel on se répartit les choses, on se complète beaucoup et on s’aide
mutuellement. On essaye de ne rien laisser au hasard et de concerner tout le monde. On fait les choses
pour que les joueurs se sentent le mieux possible et qu’ils soient performants à chaque entraînement
et chaque week-end. Enfin, il y a du caractère dans cette équipe qui veut exister dans le championnat et qui ne veut pas juste figurer. Elle est consciente de ses qualités et elle bosse.

Désormais, que faut-il espérer pour la suite des choses ?

M.G. : J’espère simplement qu’on va continuer la série, c’est la 1ère des choses. Que cette série
d’invincibilité à Gasser puisse être la plus longue possible parce qu’on sait très bien que si on gagne à
la maison, on se positionnera bien dans ce championnat.
Mais je ne vais surtout pas mettre en avant un objectif de montée ou autre chose. L’objectif c’est
d’avoir le plus de points possible, le plus rapidement possible pour avoir un matelas de points qui nous
permettra de jouer de manière plus libre, ce qu’on n’a jamais réussi à faire l’année dernière parce
qu’on a toujours été dans la charrette en calculant les points.

Ce week-end, l'US Raon-l'Etape affronte Fessenheim (R3) en Coupe de France. De quelle manière abordez-vous la rencontre ?

M.G. : On va l’aborder comme un match de championnat, avec le même sérieux au cours de la semaine
de travail. L’idée est de passer ce tour parce qu’on sait très bien que ça rentre dans notre série de
résultats positifs. On sait que ça amène une belle dynamique mais aussi du sourire.
Moi avant d’être à Raon, je suis allé voir des 1/32ème de finale à Gasser et tu te dis que c’est fabuleux à
vivre. On dit souvent que la coupe de France appartient aux joueurs mais ça appartient surtout au club.
A Raon, tout est mis à chaque fois pour que ces matchs soient un rendez-vous. Par exemple à
Kellermann, on aurait pu donner rendez-vous aux joueurs à 13h30 mais non, on a fait un repas en
commun au stade. S’il y a une part de chance au tirage, tu es aussi amené à faire des exploits, et ça,
Raon l’a dans ses gênes.

A titre personnel, cela fait deux saisons que vous êtes à l’US Raon, aux côtés du manager Faride
Touileb. Qu’est-ce qui vous a marqué au club ?

M.G. : Le professionnalisme quand je suis arrivé. J’ai constaté un nombre important de personnes
gravitant autour du club, de bénévoles qui sont là pour nous. Je trouve que c’est super rassurant et
super encourageant, ça te donne envie de faire des choses et de t’engager.
Il y a aussi les installations. Quand tu as le synthétique, Gasser et le petit Gasser, forcément tu te dis
que tu es soutenu par la Mairie. Puis, il y a aussi un staff compétent dans lequel on se partage les
choses. Faride Touileb, par ses compétences, sa vision des choses et son état d’esprit m’a apporté
beaucoup. C’est grâce à cette alchimie qu’on arrive à avancer.

Com U.S.RAON

Commentaires